Skip to content

Rentrée indigne à l’IFSI de Toulouse

Posted in Communiqués de presse

Mercredi 5 septembre, les 250 étudiant·e·s en première année de l’Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) sont en cours lorsqu’une centaine d’étudiant·e·s de deuxième année font irruption dans leur amphi. Le bizutage vient de commencer, il durera plus d’une heure.

Souvent déguisé en journée d’intégration, le bizutage est en réalité une pratique rétrograde et humiliante consistant à soumettre les étudiant·e·s, à les pousser à commettre des actes dégradants et à les faire « rentrer dans le rang ». Cette pratique, interdite par la loi depuis 20 ans, dont le but est de formater les étudiant·e·s, repose sur la forte pression sociale émise par les « aîné·e·s » des années supérieures et le silence de l’administration qui ferme les yeux voire soutient ces événements. Et gare à celui ou celle qui tenterait de quitter le bizutage en cours ou briserait le secret : il ou elle serait aussitôt mis au ban de l’institution, privé·e de tuteur et ostracisé·e.

Le bizutage est un moment où tout est permis en terme d’humiliation et de violences. Sexisme, racisme, tout est bon pour asseoir son pouvoir et briser les nouveaux et nouvelles. Il est ainsi souvent le lieu d’agressions sexuelles et de viols.

A Toulouse, durant la rentrée, il ne se passe pas un jour sans voir des étudiant·e·s attachées entre elles et eux dans la rue, couverts d’inscriptions insultantes et de produits en tout genre.

La rentrée en première année est une période toute particulière. C’est précisément à ce moment là, où les étudiant·e·s sont particulièrement isolé·e·s, qu’il conviendrait de mettre en place un suivi particulier avec un système de tutorat, d’apprentissage de ses droits etc.

Contre le bizutage, nous devons exiger un meilleur accompagnement des étudiant·e·s et la mise en place de formations pour l’ensemble des membres du personnels des écoles. Exigeons l’arrêt du bizutage, les universités et les écoles de formation doivent prendre leurs responsabilités et s’engager à ne plus les laisser se reproduire !